Opportunités mais aussi menaces… qu’en est-il de l’IA générative aujourd’hui ?

Nous vivons une époque fascinante !

Nous assistons à une accélération technologique sans précédent. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : il a fallu 2 mois à ChatGPT pour atteindre 100 millions d’utilisateurs, contre 9 mois pour TikTok. C’est un record absolu.
Cette adoption massive reflète la puissance de la technologie derrière ChatGPT et son accessibilité pour les utilisateurs. La simplicité de son interface utilisateur est un facteur majeur de son succès, rendant la technologie accessible à tous.

ChatGPT est à l’IA ce que l’iPhone a été aux téléphones mobiles.
Tout comme l’iPhone a révolutionné la façon dont nous interagissons avec les téléphones portables en introduisant une interface utilisateur intuitive, Chat GPT change la donne en rendant l’interaction avec l’IA conversationnelle simple et accessible à un large public.

La grande majorité d’entre nous s’est probablement amusée à tester ChatGPT, à expérimenter les prouesses de l’intelligence artificielle. Les réactions face à cette technologie sont variées : certains sont fascinés par ses capacités, d’autres sont profondément réfractaires ou effrayés par son potentiel.
De mon point de vue, cette avancée est à la fois excitante et inquiétante.

Comme pour chaque avancée technologique majeure, Orange est là pour accompagner son déploiement. Nous étions là avec le téléphone, pour créer des liens entre les gens. Nous avons été là avec Internet, en développant l’accès à l’information pour tous. Nous avons été là avec les réseaux sociaux, faisant de chacun un acteur des médias et un producteur de contenus. Aujourd’hui, l’IA générative se présente comme une nouvelle étape de transformation pour les entreprises, dont les telcos font partie intégrante.

L’intelligence artificielle a désormais un impact sur nous aussi, bousculant tous les modèles industriels. Elle jouera d’ailleurs un rôle clé dans la réalisation de notre plan stratégique #LeadTheFuture, notamment dans trois domaines clés :
– L’intelligence des réseaux : L’IA nous aidera à gérer les informations complexes, les flux de données et les anomalies au sein de nos réseaux.
– L’expérience client : L’IA nous aidera à personnaliser et à améliorer l’expérience client.
– L’efficacité opérationnelle : elle créera une interface basée sur le chat, offrant à nos employés un accès simplifié à tous les systèmes avec lesquels ils interagissent au quotidien.
Néanmoins, il est essentiel de ne pas confondre le soutien au déploiement de l’IA et l’adoption de cette technologie avec l’absence de questionnement critique.
En effet, les enjeux sont immenses.
Générer une image comme celle du Pape en doudoune Balanciaga peut faire sourire. Mais les implications sont bien plus graves lorsqu’il s’agit de falsifier une publicité pour saboter une marque, ou d’utiliser un appel téléphonique généré par l’IA pour escroquer quelqu’un, organiser une cyberattaque, voire déstabiliser les relations internationales.
Actuellement, l’IA générative est largement dominée par les géants américains du numérique. Cela soulève des questions cruciales de souveraineté, de dépendance technologique et de contrôle des données pour l’Europe et les entreprises européennes. Si l’approche open-source a permis des avancées fulgurantes dans le domaine de l’IA, les grands acteurs ont récemment montré une certaine réticence à partager leurs recherches, de peur que cette technologie puissante ne tombe entre de mauvaises mains.
C’est dans ce contexte que la loi sur l’IA en cours d’élaboration en Europe pourrait s’avérer prometteuse. En établissant des règles pour les systèmes d’IA à risque et en favorisant les environnements contrôlés, elle vise à protéger les citoyens européens.

Cependant, il ne faut pas que cette réglementation entrave l’innovation en Europe. Il est essentiel de stimuler l’innovation européenne dans le respect de nos règles, tout en nous permettant de rester compétitifs face aux hyperscalers américains et chinois.
Le respect de l’éthique de l’IA, et en particulier des principes éthiques de l’UE, est une nécessité. En effet, notre ambition est de faire de l’éthique non pas un frein, mais un moteur de l’innovation. L’éthique doit être notre boussole.
Enfin, un dernier défi à relever est indéniablement celui des coûts énergétiques engendrés par l’IA. Les ressources nécessaires pour faire fonctionner ces systèmes au quotidien sont considérables. Un exemple frappant est celui de ChatGPT, dont le coût de fonctionnement quotidien est estimé à 700 000 dollars. Réduire l’empreinte carbone de l’intelligence artificielle est un impératif majeur.

N’oublions pas que toute révolution technologique comporte son lot de risques et de défis. Mais c’est précisément dans ces moments de rupture que se trouvent les plus grandes opportunités. C’est l’occasion pour la France, les entreprises françaises et européennes et l’Europe dans son ensemble de tracer leur propre voie, de se positionner en tant que leaders de l’IA générative et de façonner un avenir où éthique et innovation vont de pair : il a fallu 2 mois à ChatGPT pour atteindre 100 millions d’utilisateurs, contre 9 mois pour TikTok. C’est un record absolu.
Cette adoption massive reflète la puissance de la technologie qui sous-tend ChatGPT et son accessibilité pour les utilisateurs. La simplicité de son interface utilisateur est un facteur majeur de son succès, rendant la technologie accessible à tous.

Source : https://www.linkedin.com/pulse/opportunities-also-threats-what-generative-ai-today-heydemann%3FtrackingId=O23zd2PnRlmvqOqiqLSCcQ%253D%253D/?trackingId=O23zd2PnRlmvqOqiqLSCcQ%3D%3D

error: Content is protected !!